Collectons les ifs, luttons contre le cancer !

Echantillon d'if L’if commun ou if (Taxus Baccata) est une espèce de conifères de la famille des Taxacées. On peut aussi l’appeler l’if à baies. Potentiellement capable d’être millénaire, c’est un arbre qui s’adapte à l’ombre et résiste à la pollution. Il peut atteindre jusqu’à 15 mètres de hauteur pour les plus grands, mais mettra beaucoup de temps à atteindre cette taille, car sa croissance est réputée très lente. On le retrouve souvent en forme de buissons et comme plante de haie (se prête bien à la taille et avec peu de maladies). L’if commun prend son origine en Europe et en Afrique du Nord. On peut le trouver en sous-bois, en plaine et en basse et moyenne montagne selon les régions (dans des sols riches en calcaire de préférence).
Echantillon d'ifC’est une espèce dioïque avec des cônes globuleux jaunes pour les pieds mâles et des ovules nus (comme des petits bourgeons) verts pour les pieds femelles. Nous voyons apparaître vers septembre-octobre des petites « billes rouges » appelées « arilles » (pieds femelles) qui sont convoitées par les oiseaux notamment.
Attention Toutes ces parties (sauf la chair rouge des arilles) sont toxiques.



Histoire de l'if

L’activité anti-tumorale de l’if est connue depuis 1856, année pendant laquelle on a testé des toxicités à partir de l’écorce d’if Brevifolia sur l’animal domestique.
En 1960, 2 organismes américains (National Cancer Institute et le US Departement of Agriculture) lancent un programme de recherche pour favoriser l’usage des composés naturels en cancérologie : L’Ecorce d’if du grand Ouest est analysée.
En 1962, Un Laboratoire de Caroline du Nord isole un diterpène : le Paclitaxel.
En 1979, le Docteur Susan Horwitz découvre le mécanisme d’action du Paclitaxel sur la cellule. Il bloque la dépolymérisation des microtubules, qui entraîne un arrêt de la division cellulaire. Comme sa structure ressemble à celle du Taxol, le 10-désacétylbaccatine III (le placlitaxel) pouvait servir de matière première dans l’hémisynthèse du taxol.
En 1970, malgré les propriétés anticancéreuses prometteuses, une controverse de la ligue écologique au sujet de l’utilisation du Paclitaxel apparaît : une grande consommation d’écorce d’iF (200 ans pour sa maturité et 7 tonnes d’écorces pour 1 kg de Taxol, 1 patient = 3 arbres) menace cette espèce.
Des recherches sont alors faites en France au CNRS, sur l’if européen par l’équipe du Docteur Potier, une molécule proche du paclitaxel est isolée, le 10 DAB, non plus sur l’écorce d’if du Grand Ouest mais sur l’if européen (Taxus Baccata). Comme sa structure ressemble à celle du Taxol, le 10-désacétylbaccatine III pouvait servir de matière première dans l’hémisynthèse du taxol.

Présentation du principe actif

Pierre POTIERC’est au cours des années 80 que les chercheurs du national Care Institute (NCI) aux Etas-Unis ont découvert ce principe actif. Plus tard, au CNRS de Gif, Pierre Potier et son équipe ont mis au point un mode de production synthétique de la molécule à partir d’aiguilles et de rameaux de l’if européen Taxus Baccata (mettant un terme aux problèmes d’approvisionnement concernant l’if). Le taxol qui est récupérable par extraction de l’écorce de l’if, a une activité anticancéreuse. C’est un antimitotique très efficace administré sous perfusions qui stoppe la division des cellules cancéreuses et les élimine (d’où son utilisation en chimiothérapie). Ainsi, on peut dire que près de la moitié des traitements élaborés contre le cancer sont composés de principes actifs liés à l’if. Aujourd’hui, malgré sa toxicité, l’if est devenu une plante médicinale très importante, du fait de la part grandissante du nombre de personnes concernées par le cancer.

A partir du Taxus Baccata, de la classe des taxanes, 3 principes actifs sont isolés
  • Le Paclitaxel, commercialisé sous le nom de Taxol, est un poison du fuseau mitotique de la cellule (Il inhibe la dépolymérisation des microtubules bloquant le mécanisme de la mitose).
  • Le Docétaxel, commercialisé sous le nom de Taxotère, est une analogue du Paclitaxel, de structure voisine mais avec une activité doublée.
  • Le cabazitaxel, commercialisé sous le nom de JEVTANA.

 

Applications

TAXOTERE est indiqué dans le traitement du cancer chez des patients présentant (ou non) un envahissement ganglionnaire.
TAXOTERE est indiqué dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules localement avancé ou métastatique, après échec d’une chimiothérapie antérieure. TAXOTERE en association au cisplatine est indiqué dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules non résécable, localement avancé ou métastatique, chez les patients n’ayant pas reçu de chimiothérapie antérieure dans cette indication.
TAXOTERE en association à la prednisone ou à la prednisolone est indiqué dans le traitement du cancer de la prostate métastatique hormono-résistant.
TAXOTERE, en association avec le cisplatine et le 5-fluorouracile est indiqué dans le traitement de l’adénocarcinome gastrique métastatique, y compris l’adénocarcinome de la jonction oesogastrique, chez les patients non prétraités par chimiothérapie pour leur maladie métastatique.
TAXOTERE en association avec le cisplatine et le 5-fluorouracile est indiqué dans le traitement d’induction des carcinomes épidermoïdes localement avancés des voies aéro-digestives supérieures.